Pagé François, peintre (France)

Dé-nature

Comme un jardinier dans un jardin clos, François Pagé s’attache plus à contredire la nature qu’à en restituer un pastiche.

Il s’agit bien là de « dénaturer », dans le sens où elle a été tracée, modifiée, altérée, reconstruite greffée, sarclée arrosée.

De l’image à l’imaginaire sa scénographie laisse apparaître des figures liées à l’art populaire : statue, satyre, berger, promeneur, animaux, tente, cabane. Ils sont là comme mis à l’écart, camouflés, tressés, comme une image dans le tapis, sans haut ni bas.

Pas de sens a cette peinture encore moins d’apesanteur, plutôt une vision du troisième œil.

F.B Extrait du livre « Nature art today 2010 » d’ Eric Patou